Lavash au zathar et à l’ail

Oui je sais, cela fait tout de même sept « A » pour un seul titre…
Un article catégorie boulangerie, ce n’est pas si souvent et celui-là mérite quelques explications.
Qu’est ce que le « lavash » ? Un gentil petit pain hérité de la nuit des temps, qui nous vient de la lointaine Arménie. Saviez-vous que ce modeste pain fait partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ?
Fascinant…

Je ne sais pas vous, mais personnellement, l’idée d’un patrimoine immatériel de l’humanité m’émeut. Alors comme ça, il existe un trésor rempli de fines pièces de bois, fragiles et poreuses, toutes parfaitement ciselées, dont l’indicible valeur réside dans la seule beauté de l’Art et la grandeur de la transmission ?
Et, à mesure que l’on plonge ses mains dans la malle, nous sommes comme parcourus d’un impérieux désir de préservation de ce bien commun ?
Il n’en fallait pas plus pour égayer mon appétit gourmand de toutes ces merveilles inestimables de notre humanité. J’ai donc tapé sur mon ordinateur « Patrimoine culturel immatériel de l’humanité »…
Je vous invite à aller découvrir la liste de tous ces joyaux, elle vous fera rêver autant que voyager.
En attendant, permettez que je vous offre un florilège de mes trouvailles :

• Les dessins sur le sable des Vanuatu.
• Le « duduk » et sa musique d’Arménie. Au passage, allez écouter le groupe français « Hadouk quartet », magnifique…
• Le Fado, chant populaire du Portugal.
• La marche des sonneurs de cloches de la région de Kastav en Croatie.
• Le festival de lutte à l’huile de Kirkpinar en Turquie.
• Le yoga en Inde.
• Le repas gastronomique des français.

Ces quelques merveilles sont un trésor commun.
En attendant, je vous invite à aller rêver par vous-même, et espère qu’ensemble nous puissions communier à distance, devant tant de splendeurs.
Corinne Bellocq

Ingrédients pour 9 « lavashs » :          Niveau     

300g de farine blanche T65 (et un peu plus pour pouvoir travailler la pâte aisément)
1 cuillère à café de sucre en poudre
1 cuillère à café de sel fin
1 blanc d’œuf
30 ml d’huile d’olive

Pour la garniture
1 blanc d’œuf
1 gousse d’ail écrasée
quelques belles pincées de zathar (sel au thym libanais)
quelques brins de romarin

Préparation :

Préchauffez le four à 200°C th.8.

Dans une jatte versez la farine, l’huile, le sel, le sucre et le blanc d’œuf. Mélangez bien au batteur électrique. Vous obtenez une pâte molle, un peu difficile à travailler.

Pour extraire la pâte de la jatte, jetez une bonne pincée de farine, formez une boule avec la pâte. Posez la pâte sur votre plan de travail préalablement bien fariné.
Divisez ensuite la pâte en 9 petits pâtons et reformez-les grossièrement en boule. Saupoudrez de farine.

Les petits pâtons avant le drame

À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, étalez les pâtons et donnez- leurs une jolie forme allongée. Disposez-les sur une plaque allant au four (par trois, ça passe assez bien).
Dans un bol, battez le deuxième blanc d’œuf avec l’ail écrasé.
Nappez les petits pains, d’un film de blanc d’œuf, à l’aide d’un pinceau de cuisine. Saupoudrez ensuite de zathar et de romarin selon votre goût.

Les petits pains avant enfournement, tous bien beaux…

Enfournez pour 10 à 15 minutes. C’est prêt !

Servis chauds, ils ne sont que plus savoureux. Toutefois, en refroidissant, ils auront tendance à devenir plus secs. Présentez-les entiers et laissez à vos invités le plaisir de les rompre.

Conseils :

Le zathar est une préparation libanaise à base de sumac, de sésame blanc, de sésame doré, de thym et de sel. Il est très utilisé dans les mezzés. Il apporte une touche orientale à de bons légumes, dans une salade ou sur une viande blanche…

Pas de zathar, remplacez-le par de l’origan ou du thym, selon les goûts.

Suggestion :

Sur la photo de présentation, j’ai préparé une petite salade de chou chinois à peine relevée d’un filet d’huile de sésame. Ces pains servis avec une salade, un bon houmous et quelques œufs de truite sont un vrai régal.

Laisser un commentaire