Pik-nik salade de la mer

portrait_Corinne_small

Le soleil fait claquer ses rayons dans un ciel bleu éden.
C’est décidé, on part à la plage !
Je file au garage, et instinctivement mes mains fouillent les entrailles de ce remue-ménage. STOP !
Vous n’allez pas me faire croire que vous partez à la plage munis de votre seule serviette et d’une paire de tongs élimées ?
Chez moi, il y un rituel de la plage, j’improvise mais avec méthode.
Je ne néglige aucun détail car il en découle un plus grand plaisir.
Ne pas oublier : les lunettes de soleil, la crème solaire, le parasol, les raquettes, du bon chocolat noir, le « pik-nik » et la glacière…
J’opère un virage à 360°, mais où est donc passée la glacière ?
La glacière a disparu.
La glacière a disparu du paysage balnéaire, rayée de la carte, la gironde s’est ensablée.
Vous ne me croyez pas ? Je vous invite à aller observer ce naufrage par vous même.
La glacière s’est rangée, elle a raccroché ses poignées, désormais ce sera sans elle.
Un clap de fin, une extinction de la race dans la plus parfaite indifférence.
Pas plus tard que la semaine dernière, je visitais le garage de mon camarade de théâtre Jean-Yves. C’est avec étonnement que je repérais qu’il possédait tout de même 4 glacières.
Pas 1, pas 2 mais 4 glacières (toutes bleues… étrange, n’est ce pas ?) !
Je lui demandais un peu ironiquement s’il les collectionnait ?
Il me répondit en riant « Oui ! », conscient que ma blague visait à le taquiner un peu.
Qu’on ne s’y trompe pas, la glacière est passée dans la catégorie « has been ».
Cet objet est devenu un vestige de nos instincts grégaires de colonisateurs aux pieds nus.
Quelque chose me dit, que nous ferions bien de nous méfier…
Je m’explique.
Considérant l’engouement pour le vintage et sa valeur nostalgique aussi esthétique que réconfortante, je parierais bien sur un retour de la glacière.
Rêvons un peu, et si l’objet de tous les « fashion faux pas de plage » bénéficiait d’un sérieux dépoussiérage, une sorte de volte-face, de pied de nez à une civilisation qui croit perpétuellement qu’elle peut faire mieux.
Et si la glacière devenait « cultissime », il suffirait juste de revisiter son design.
Imaginez, une glacière « Stream line » avec des détails métallisés, des couleurs fifties bien retoquées, une glacière hippie-chic avec des décors de dentelles et de perles, une glacière minimaliste au design nordique épuré… m’est avis que ces glacières feraient fureur sur nos plages, et deviendraient vite des étendards pour affirmer nos différences.
Allez, je laisse aux créatifs qui pensent pour nous aux objets de demain, le plaisir de redonner tous ses ors à la « Queen Mother » des plages.

P.S : je n’ai jamais eu de glacière lui préférant l’élégance toute subjective d’un sac isotherme Camping-gaz…(prononcez à la Valérie Lemercier)

Corinne Bellocq

Ingrédients pour une salade de plage pour 4 baigneurs :      Niveau      

7 à 8 belles pommes de terre nouvelles (j’en ai trouvé dans mon Biocoop de Gradignan )
une belle pincée d’algues wakamé
une belle pincée de « spiruline de Julie »
1 tige d’aillet finement ciselée
1 bel avocat (de préférence avec une barbe de 3 jours)
1 boîte de sardines fines à l’huile
100g de pois chiche
de l’huile de lin
du vinaigre balsamique blanc
du bon sel de la mer
du poivre des hauts plateaux de là-bas…

Préparation :

La veille, j’ai fait cuire mes pois-chiche, sinon 100g de pois chiche en boîte conviendront parfaitement.

Découpez les pommes de terre (ne les pelez pas, c’est inutile), et plongez-les dans une casserole remplie d’eau salée. Faites bouillir le temps que les pommes de terre soient cuites.
Dès que cuites égouttez-les et laissez-les bien refroidir à température ambiante.

Dans votre saladier en plastique, disposez les patates, émiettez les quatre sardines, saupoudrez l’ensemble d’aillet et des algues. Ajoutez des dés d’avocat, et versez les pois chiche.
Préparez votre vinaigrette à part sinon mélangez tous les ingrédients (huile, vinaigre, sel, poivre) et nappez le tout. C’est prêt !

Note :

Dans ma recette j’ai utilisé des pois-chiche noirs, j’ai découvert ce produit en alimentation bio, c’est bô et ça change.
Pour information, le goût reste inchangé, mais ces pois chiche sont plus croquants et leur peau ne se délite pas à la cuisson. De plus , visuellement cela apporte quelque chose de neuf à votre assiette.

Avant la cuisson, tous bien noirs et formant comme des petits cailloux,
et après la cuisson, marrons et bien gorgés d’eau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *