La mer en vert

Dimanche d’octobre.
J’irai voir la mer.
Pourvu qu’elle m’embrasse et me laisse plonger en elle.
Pourvu qu’elle me réchauffe et me parfume à l’ambre de ses sentiments.


Vous est-il arrivé de parler au vent ?
Vous est-il arrivé de questionner le ciel ?
Vous est-il arrivé de vivre un étrange tête à tête avec la lune ?
Vous est-il arrivé, de lire et de comprendre les sillons humides que dessinent pour nous les cours d’eau ?

Vous est-il arrivé de vous attacher à une pierre ramassée au détour d’une promenade ?
Et, le pourquoi de sa forme qui la rend plus remarquable à vos yeux ?

Vous est-il arrivé d’emporter du sable d’une contrée lointaine ?
Et, de décider qu’il vous est désormais indispensable qu’il passe une vie entière près de vous, signe d’une terre aimée ?

Au cours de très longues promenades, j’ai plusieurs fois demandé au vent qu’il m’aide à m’alléger d’un grand chagrin.
À chaque fois qu’il dansait autour de moi, fouettant mes cuisses de sa jeunesse éternelle, je lui demandais qu’il emporte sur son dos tout le poids de ma peine.
Quand par sa danse il m’éblouissait de sa superbe, je me disais « pourvu qu’en riant il se gonfle de la blessure de mon chagrin ».
Mais on n’accroche rien sur la peau d’un vent.

Vous est-il arrivé de parler à la mer ?
Savez vous qu’elle peut tout entendre.
Qu’elle peut tout comprendre.
Qu’elle reprend tout.
Ne vous laissez pas avoir par son presque silence apparent.
Écoutez-la, car elle parle à tous les cœurs des hommes.
Voyez comme elle se tient toujours près de nous, et qu’il suffit de demander.

La prochaine fois qu’une peine,
qu’un songe ou qu’une question
sonne à la porte de votre cœur,
pensez à demander aux éléments,
ils savent pour nous toutes les couleurs de nos sentiments.

©Corinne Bellocq 2020
Photo Jérôme Bellocq ©2020
la photo est extraite d’une vieille diapositive, « Vue du Cap-Ferret/Variations en vert »

Claude Debussy La Mer (Jeux de vagues) direction Claudio Abbado
Ensemble Lucerne Festival Orchestra Summer 2003

23 commentaires Ajoutez le votre

  1. gabychops dit :

    Interesting poem, I am not sure about Google translation.

    Joanna

    1. corinne dit :

      Joana,
      I hope Google translation is my best servant to share you my passion for sea.
      I was born on an island (New-Caledonia), and I can understand what is it to be islander…it’s a very deep relation between us and the ocean.
      I’m very happy to welcome you on my blog and to share with you.
      Best regards
      Corinne (my english is not perfect, it’s not Google’s fault 😉 )

  2. Swannaëlle dit :

    Coucou Corinne, joli texte plein de poésie, de sensibilité …j’aime 🌹 Belle journée 😘

    1. corinne dit :

      Merci Swannaëlle,
      C’est simplement du vécu.
      Je recommande de parler aux éléments, parfois ça marche…
      Je te souhaite de passer un tout beau dimanche Sawannaëlle et merci pour ton commentaire
      paquerite

  3. maminavanille dit :

    merci Corinne pour ce joli texte
    On doit me prendre pour une folle, mais oui : je parle à la mer, au vent, aux arbres (quand j’ai fini de masser, autant que possible, je vais à la rencontre des arbres pour y puiser de l’énergie). Je ramasse pierres et plumes (je ne sais pas pourquoi mais j’aime beaucoup les plumes)

    1. corinne dit :

      Tu es sur le plus beau des chemins, tu vibres et tu es en Unité avec le monde qui t’es donné et que tu sais voir.
      Bon dimanche

  4. Marie-Anne K dit :

    Bonjour Corinne,

    Je suis sous le charme de ton poème vert de gris.
    La grisaille de ton chagrin passe avec le vent qui emporte tes larmes dans la mer où tes pensées redeviennent d’un beau vert épanoui. Il est bon que tu ne laisses pas ta douleur enfouie. Chacune de celle-ci, avec le temps t’apporte à chaque fois une plus grande force. Amitié chère Corinne. Bon après-midi de dimanche Marie-Anne

    1. corinne dit :

      Merci Marie-Anne,
      Les chagrins sont comme les nuages, ils sont faits pour passer.
      Je t’embrasse
      Amitiés
      Corinne

  5. Intimement liée à la mer… je comprends d’autant mieux ton ressenti.
    je ne parle même pas de la photo qui me renvoie à une flopée de souvenirs… 🙂
    le Bassin est rarement d’un vert bleuté aussi franc. C’est très beau. Une nouvelle fois, bravo au photographe !
    Et merci à toi qui connais si bien tout ce que porte de beau ce lieu particulier.
    Bon dimanche Corinne.

    1. corinne dit :

      Chère Laurence,
      Je sais que tu connais le langage de la mer,
      que tu devines toutes ses mélopées, et,
      que tu as déjà parlé au vent.
      C’est un plaisir de te lire et de te trouver sur mes lignes de flottaisons littéraires.
      Bien fort
      Corinne

  6. J’aime beaucoup et cela me parle, parce qu’à toutes les questions que vous posez je répondrai oui ! Belle fin de journée.

    1. corinne dit :

      Merci pour votre commentaire,
      Je suis heureuse pour nous, car il existe tant d’espaces de communication à explorer qui tout à la fois nous élèvent et nous apaisent.
      Nous pouvons y puiser de l’énergie, une ressource, du réconfort, de l’inspiration…
      Bonne soirée
      Corinne

      1. Je suis bien d’accord 😊
        Belle soirée à vous aussi.
        Catherine.

  7. Pigraï Flair dit :

    Bonjour Corinne. Ce texte me plaît évidemment pour sa belle poésie et pour son sujet. Je ne parle pas à la mer mais je l’écoute et la ressens. Mon plus grand plaisir est d’être en mer et de boire le vent. Belle photo avec ce vert qui me rappelle la cote d’émeraude. Le voiler à droite et la vue face à lui me donne envie de partir. Alan

    1. corinne dit :

      Bonjour Pigraï,
      Merci pour votre venue et pour votre gentil commentaire.
      Je suis heureuse qu’il fasse écho en vous, j’aime beaucoup l’idée de boire le vent.
      Quand je vais voir la mer, je goûte toujours une peu de son ventre généreux, c’est un rituel que je pratique depuis des lunes, une sorte de salutation à la beauté.
      Mon mari fait les photos, j’ai aimé ses photos avant même de le connaître.
      Dans la cuisine de ma future belle-mère, il y avait la photo d’une enfant, avec un visage d’une grâce époustouflante, un regard plein de bonté.
      Je me suis demandée qui était la personne derrière cet objectif ?…c’est mon Jérôme.
      Je vous souhaite une bonne soirée.
      Corinne

    2. corinne dit :

      Re-bonsoir Alan,
      Et pardon pour Pigraï, il se fait tard, et je suis un peu fatiguée.
      Bonne nuit Alan, je vous souhaite des rêves de mer avec de larges voiles.
      Corinne

  8. Ben. Mason dit :

    Bonjour Corinne,
    Bravo pour ce beau texte, qui nous emporte un instant au bord de l’océan. La connexion de soi aux éléments est très apaisante et régénératrice, rien de tel qu’un bon bol d’air pour se changer les idées.
    Je te souhaite une bonne semaine
    Ben

    1. corinne dit :

      Et coucou, Ben
      N’est ce pas, c’est salvateur, et à portée de pas !!
      je te souhaite également une excellente semaine Ben
      Corinne

  9. Jules bercy dit :

    Un très joli texte plein de la poésie moi je n’ai jamais parlé avec la mer mais souvent questionne le ciel😃😃😃

    1. corinne dit :

      Bravo, vous avez une âme de poète, c’est important la sensibilité au monde, aux éléments, à l’univers…
      Bonne soirée Jules

  10. Jules bercy dit :

    ohhhh merci Corinne

  11. Aldor dit :

    Oh ! C’est très beau.

    1. corinne dit :

      Merci Aldor,
      Ton compliment me fait très plaisir.
      Ce texte me fait espérer et continuer d’aimer la beauté de la vie.
      La nature peut tout, elle nous domine, elle flotte dans des états supérieurs, elle nous élève.
      Bien à toi
      Corinne

Laisser un commentaire