Le petit chaperon rouge 2.0

Dans l’atelier d’écriture de l’excellent blog Maux et cris , Régis nous propose cette fois-ci que le texte soit l’élément principal et que la photo vienne l’illustrer.

Il était une fois une gentille petite fille
qui vivait en Creuse,
dans le très isolé et non moins ravissant village de Saint Martin-Château.

Albert Anker – Le petit chaperon rouge


Je suis cette petite fille.
Et, j’aimerais vous parler de moi.
J’habite dans un grand corps de ferme avec ma mère et mon père, bucheron de son état.
Au village tout le monde m’appelle « le gentil petit chaperon rouge ».
Je sais que c’est un peu étrange, mais les villageois sont de braves gens, alors je supporte avec philosophie mon drôle de *chaffre
Il faut dire que depuis que ma mère m’oblige à porter cette ridicule petite cape rouge, je fais l’objet de remarques plus ou moins tendres…

Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que j’aime être utile.
Je peux par exemple rentrer vos vaches à l’étable, arroser vos potagers, ranger votre bois, tondre vos pelouses, trier les haricots, retourner les fromages, relever les pièges de mes amis braconniers, ouvrir et fermer l’église tous les jours…mais plus que tout j’aime bien faire des petites courses, surtout celles pour ma mère-grand qui habite à Bourganeuf.

Vue de Bourganeuf en Creuse – Photo du site de l’Office de tourisme de la Creuse


Bourganeuf, c’est la grande ville pas loin de chez nous, qui se trouve tout de même à 15 bons kilomètres.
On me demande parfois de grandir, alors j’érode ma jeunesse et use mes bottines en égrenant par de menus périples le chapelet de mes voyages intérieurs.


Mon odyssée n’est pas une quête,
je marche,
et laisse s’abandonner mon regard naufragé,
je marche,
et me dilue dans la clarté de mes pensées enfantines.

John Everett Millais – Le petit chaperon rouge


Mes longues ballades sont certes un peu serviles,
mais elles me permettent de trottiner en rêvant,
bercée par le doux claquement de mes pas légers
sur un chemin bordé de lumières et de senteurs givrées.


Soyez assurés que je suis très prudente, surtout lorsque je croise des hardes de laies et leurs petits, que je me laisse distraire par le tapage joyeux des chants d’oiseaux et que les biches me retardent pour me parler de leurs incessantes affaires de cœur.

Rosa Bonheur – Sangliers dans la neige vers 1870

Certains au village racontent que sur cette longue route esseulée, la méfiance est seule bonne conseillère et qu’elle ne tient pour tout bon voyageur que dans une main ferme et serrée.
Il faut dire que la forêt qui la borde y est si dense et impénétrable, que les rayons du soleil à l’unisson manquent tous de hardiesse et qu’on en trouve aucun pour imaginer venir troubler son épais sommeil de brumes et de bruns.
Même le vent, d’habitude ignorant des lois, contourne la toison épaisse des cimes de résineux pour s’offrir aux lointaines plaines dont les courbes sont connues pour être plus dociles et verdoyantes.


Le silence et le calme habitent ces lieux,
où l’intime côtoie le mystère,
où la nature protège sa crinière.

Sentier en forêt – Albert August Zimmerman (1808 – 1888)

À part quelques automobilistes qui roulent à tombeau ouvert, et quelques cavaliers s’effaçant dans le brouillard des matins d’automne, je n’ai jamais ni croisé la queue d’un rat des champs, ni croisé la queue d’un grand méchant loup bleu.

Le petit chaperon rouge par Jessie Wilcox Smith (1863-1935)

J’aimerais que ma mère me fasse un peu plus confiance, elle n’est souvent pas très rassurée. Alors, pour apaiser la ronde tumultueuse de ses peurs, je me couvre de cette longue pelisse rouge, gage de son éternelle protection et de son amour nourricier.
Pour elle, je me fais chevalière servante, je me commets d’office, je deviens une messagère qui forte de tous ces voyages, forme sa jeunesse et se remplit d’allégresse.

Ma mère m’envoie souvent chez ma mère-grand, environ tous les deux jours, pour tout, pour rien.
Une fois c’était pour lui débloquer son portable, une autre pour changer une roue à sa vieille **Dauphine, la dernière fois c’était pour lui livrer un délicieux ***Casu marzu maison avec un excellent vin californien.

illustration de Otto Kubel – Le petit chaperon rouge vers 1930

Je dois reconnaître que j’ai des parents vraiment adorables, et que pour ma plus grande joie, ils me laissent profiter de tout le grenier.
C’est ma garçonnière, ma pièce, celle où j’aime m’isoler pour lire, celle où je poursuis mes rêves d’aventures et de cabanes aux étoiles.
Au plafond de mon château, j’ai gravé à l’encre de mes canifs, chaque poutre comme des parchemins. On y trouve certaines de mes pensées, tous mes rêves par paquets, quelques paroles douces et chaudes pour des nuits sans étoiles.
Et puis, j’ai accroché avec des clous dorés, un flot d’images en couleurs de mes amitiés secrètes.

J’aime les loups.
Qu’ils soient gris, blancs, roux, noirs, à dos d’argent, ou bien bleus, je les aime tous.

Loup Canis Lupus

Je fais souvent ce rêve, de mes mains graciles qui s’enfouissent dans leurs pelages soyeux, n’éprouvant la chaleur de leurs peaux de lichen qu’à la faveur d’un tacite abandon.
Je fais souvent le vœux de pouvoir fixer pendant des heures leurs regards d’argent pris dans les glaces.
Et, qu’ensemble nous profitons du bleu incertain de certaines nuits d’hiver, pour que de nos chants d’harmonie se creuse l’humus, se teinte l’air et résonne le ciel jusqu’à faire trembler les lits des Dieux assoupis.

Alors quand les soirs de pleine lune font plier mon sourire, j’appelle en pensée avec la plus grande force, toute la meute de mes héros guerriers.
Je fais apparaître le lustre de leur bleu céleste, et je répète le même mantra de cet ancien chant mortuaire roumain:

Paraîtra encore
Le loup devant toi

Prends-le pour ton frère
Car le loup connaît
L’ordre des forêts

Il te conduira
Par la route plane
Vers un fils de Roi
Vers le Paradis
(Trésor de la poésie universelle, par R.Caillois et J.C Lambert, Paris,1958)

Texte de Corinne Bellocq©2020
Photo d’entête d’article de Jérôme Bellocq©2020 « Mon gentil petit chaperon rouge »
Photos intérieures des petits Chaperon rouge et du loup sur Wikipedia Creative Commons

Vous aimez cette histoire, vous pouvez voter pour elle ICI

*Chaffre: surnom dans la région du Bassin d’Arcachon (33 Gironde – France)
**Dauphine: La Renault Dauphine est un modèle automobile qui a été fabriqué par Renault dans l’usine de Flins (Yvelines) à partir de mars 1956 jusqu’en 1967.
***Casu marzu: fromage sarde fabriqué à partir du pecorino sardo et qui est consommé infesté de larves de mouche du fromage, d’où son nom de « fromage aux asticots ».

Hélène Grimaud – Woodlands and beyond

Hélène Grimaud est une très grande pianiste internationale française et aussi une grande amoureuse des loups.
Dans l’état de New-York elle a fondé un sanctuaire pour des loups.
Le Wolf Conservation Center.

https://nywolf.org

Together with photographer Mat Hennek, French star pianist Hélène Grimaud, comes up with a multimedia concert project at the Grand Hall of Hamburg’s Elbphilharmonie. Grimaud’s virtuous piano performance is accompanied by Hennek’s highly praised photo series “Woodlands”, which depicts genuine portraits of trees, Grimaud’s piano recital includes works by romantic and impressionistic composers.
They are connected by seven “Transitions”, written exclusively for Grimaud by British composer and DJ Nitin Sawhney.
The motives of Hennek’s Woodlands series create an extraordinary visual backdrop, which in combination with Grimaud´s pianistic “impeccable clarity and articulation” (Hamburger Abendblatt) and the Elbphilharmonie’s splendid acoustics grants a concert experience of a special kind.
Facebook: facebook.com/CmajorEntertainment
Twitter: twitter.com/CmajorEnt1 Cmajor
Shop: www.shop.cmajor-entertainment.com/

20 commentaires Ajoutez le votre

  1. Aaaaah pardon tu as fait 2 articles séparés, je comprends mieux 🤪 (Sur ce, je vais le lire)

  2. Swannaëlle dit :

    😂😂😂 toujours pas compris il fallait que deux photos identiques et un texte sur chacune , un qui illustre la photo et la même photo qui illustre un texte ! j’aurais mal compris ??? 😂

    1. corinne dit :

      Pour la même photo il fallait produire 2 articles,
      Un texte illustrant la photo
      Et 1 photo illustrant un texte
      Si ce n’est que la photo est la même
      J’espère que tu comprends, c’est pas évident😂🤣🥰
      Des bisous à Swanny

      1. Swannaëlle dit :

        Je suis retournée voir (pas têtue la fille!) j’ai bien vu les deux photos, mais sur chaperon rouge 2 tu as un texte avec plein d’illustrations…. en plus de la photo témoin, normal??? 😂😂😂 😘😘😘

        1. corinne dit :

          Oui il y avait 1 photo imposée pour la photo « d’entête » puis ensuite carte blanche pour le lettrage, la mise en page, les illustrations…de toute façon l’un des deux thèmes laisse beaucoup plus de liberté
          Dans le premier finalement je parle de la photo/portrait et dans l’autre je peux bien plus facilement divaguer, la photo n’est plus qu’un indicateur
          C’est pas évident, mais pour moi c’est ce que j’en comprends….😂🤣🤣🥰😘💐🌺

          1. Swannaëlle dit :

            Je comprends…j’ai fait très simple moi, deux photos, deux textes 😉😉😉 Passe une belle journée ensoleillée 😘🌹🧡

          2. corinne dit :

            Tu vois je me disais que finalement, c’est un exercice qui peut-être amusant à refaire, tu auras ta revanche !!!!
            je prends le temps de te lire et d’aller lire tout le monde…Bisous

  3. Je pensais qu’on ne devait employer qu’une seule photo, j’ai encore dû mal comprendre, tant pis je reste sur mon pauvre petit pic vert 😂
    Tu écris vraiment de jolis textes ✍

    1. corinne dit :

      Pour la même photo il fallait produire 2 articles,
      Un texte illustrant la photo
      Et 1 photo illustrant un texte
      Si ce n’est que la photo est la même
      J’espère que tu comprends, c’est pas évident😂🤣🥰

  4. iotop dit :

    Bon jour Corinne,
    « Le petit chaperon rouge 2.0 » n’a plus peur du grand méchant loup 2.0 … 🙂
    Bonne journée 🙂
    Max-Louis

    1. corinne dit :

      Les verts sont passés par là…
      Le message de Greta atteint désormais même les contrées brumeuses et hospitalières de la Creuse (que j’adore)
      Bonne journée et merci pour tes lectures, c’est très sympa !!
      Corinne

  5. C’est le rajout des autres photos qui m’a perturbé, j’avais pas vu la photo de l’entête sur ce poste-ci 😆
    Tant pis je laisse comme j’ai fait, c’est pas comme si je pensais gagner 😂

  6. ugetse dit :

    Bonjour Corinne, j’aime beaucoup ton histoire du Chaperon Rouge. Les illustrations sont aussi superbes. Bon dimanche .😍💐💙🌝

    1. corinne dit :

      Merci, merci !!!
      j’ai beaucoup transpiré et au final c’est vraiment un article sympa, en tout cas il me plaît bien
      mardi si tu veux bien, tu pourras voter grâce au lien que j’ouvrirai 😉
      Belle soirée Hugo🌺🌝🌟🧡

  7. Ashley dit :

    Dear Corinne, this story is amazing! I am so taken with it I’ve signed to follow the Maux et Cris blog!! You made me smile big with the cheeky glimpse of Californian wine! Those Californian Girls 🎶 have a lot to answer for! Then to add to my joy you bring in the wolf! That would take too long to explain here but I’m fascinated by wolves and then you go and add a clip of Helene Grimaud and I’ve gone all ‘starry’ eyed! I have her photo in my ‘stars’ folder.
    Every post you write, you wring a little more happiness from my heart! Bless you Corinne Bellocq 😘😘🥰

    1. corinne dit :

      Ashley,
      I am so pleased to bring some hapiness and good energies to you!
      You noticed the wink with California wine, it was an extra for you of course !!
      I took a very great pleasure to write this short storie, and I also love Hélène Grimaud she is a very talented pianist and her investment for the cause of wolves is very old and quite remarkable …
      I don’t know if Régis will do this kind of writing exercise again, I find it very funny and a bit confusing;)
      Have a great evening and kisses🌹🌝🥰🕊

  8. Aldor dit :

    Ah. J’ai lu les deux : c’est très réussi.

    1. corinne dit :

      Et bonjour Bernard,
      merci pour le temps consacré à mes expériences Maux et cris, je me suis bien amusée et si cela te plaît, j’en suis très heureuse !!
      très bonne journée à toi
      Corinne

  9. Louis dit :

    « Il n’est jamais trop tard pour aimer. » (Sagesse auvergnate)
    https://lewisfoxy3.home.blog/2020/12/02/mon-secret-est-enferme-dans-mon-coeur/

    1. corinne dit :

      Merci Louis, tu as raison !!!
      Bonne soirée et merci pour ton très beau poème

Laisser un commentaire