Au théâtre ce soir

En ce moment les salles de théâtre sont bien malheureusement fermées…
Je vous propose de découvrir le monologue que j’ai eu la chance d’interpréter au sein de mon groupe de théâtre amateur.
Il y a 2 ans nous travaillions sur un nouveau projet:
la pièce Grand manège de Stéphane Jaubertie livre édité en 2018 chez Éditions théâtrales.

J’avais demandé « très gentiment » au metteur en scène de bien vouloir m’attribuer un rôle comportant un grand monologue.
Je voulais me frotter à ce type d’exercice.
J’ai été gâtée.
Ce monologue est très percutant, attention âmes sensibles s’abstenir.
Dans cette pièce qui est classée dans un genre dit de « théâtre d’anticipation », je jouais le rôle d’une enseignante déprimée qui arrivait complètement en bout de piste, et qui ne supportait plus l’exercice de son métier.

Pour comprendre – Tous les matins des personnages arrivent dans une sorte d’agence d’intérim, où un « chef » abusif, cynique et tyrannique attribue à chacun d’entre eux un nouvel ordre de mission, un nouveau métier. Personne ne peut se soustraire à la volonté de ce chef, qui agit en toute impunité se passant des atermoiement et des desiderata de chacun.
On se soumet, on plie, ou on est forcé de quitter la société, le monde des vivants.
Ce matin là, le chef me demande de prendre pour la énième fois mon poste d’enseignante mais je n’en veux plus, je n’en peux plus…
Je commence à dire le texte calmement et je monte crescendo, pour terminer dans les hurlements et la révolte.

Voici le texte :

« – Chef : Va te préparer.
– Moi : Non.
– Chef : Pardon ?
– Moi : M’en fous, j’irai pas.
– Chef : Va te préparer !
– Moi : Non. J’y foutrai plus les pieds dans ces bahuts pourris !
– Un des personnages : Les élèves ont besoin de toi.

– Moi :
Ils peuvent crever la gueule ouverte, les élèves ! Je peux plus les voir ! Je peux plus les sentir ! Des fainéants, des incultes élevés au gras, au sucre et à l’image ! Et plus c’est inculte, plus ça ramène sa grande gueule, ça sait pas écrire, mais ça la ramène ! Tous assis sur leurs certitudes et leurs gros culs d’enfants gâtés par des parents débiles qui n’ont aucun sens de l’éducation, qui font des gosses comme on chie des merdes, et qui s’en débarrasse dans nos classes, ficelés dans leurs fringues de marques avec un smartphone dans chaque mains ! Parce que ça, les marques et les téléphones, c’est leur raison de vivre, leur Graal, leur Nirvana, à ces futurs phares de la pensée ! Faut que ça pète dans la marque et faut que ça se sache ! Si possible avec le dernier téléphone à la con qui vaut la moitié de mon salaire ! Et si tu leur dis que tout ça coûte un bras à leurs parents, et que c’est fabriqué par des gosses, mais des gosses qui eux n’auront pas eu d’enfance, faut voir comme ils s’en foutent ! Mais d’une force herculéenne ! Du moment qu’ils passent leurs week-ends à user les miroirs des magasins de fringues et à se prendre en photo, tout va bien ! La question c’est pas « Quelle planète on laisse à nos enfants ? » mais « Quels enfants on laisse à notre planète ? » C’est ça la question, bordel !
Et c’est à eux qu’on va la laisser, la planète !
À eux qui passent leur vie à photographier leurs têtes pleines de vie ? Ils ont des egos tellement énormes que c’est tout juste s’ils arrivent à passer la porte de la classe ! Et là, une fois posés sur leurs grosses certitudes, à peine tu commences ton cours que déjà ça baille, et que ça s’affale, et que ça joue avec le téléphone; et si tu as le malheur de leur faire remarquer qu’ils pourraient être un peu plus respectueux du machin derrière le bureau qu’on appelle un adulte, et accessoirement un enseignant qui essaie pour eux, dans leur intérêt, de leur transmettre des connaissances qui pourraient faire d’eux des femmes et des hommes à l’esprit plus ouvert, plus critique, plus cultivé et donc plus libre, eh ben faut voir comment ça répond ! Et que ça remet en question, et que ça exige, et que ça se braque, et que ça menace et que parfois ça passe à l’acte !
Alors que ce que ça mérite, c’est qu’on leur foute à tous la tête dans l’eau de la baignoire, le cul mordu par un singe vert ! Voilà ce que ça mérite ! Et des coups de manches de pioches dans les tibias ! Alors peut-être qu’ils la ramèneraient moins, leur grande gueule, ces petits connards d’enculés de gosses pourris !

(Silence…
– Un des personnages : Je crois qu’il ne faut pas qu’elle prenne sa classe.
– Le chef : Bien…
– Moi : Et ils croient tous qu’ils vont devenir des stars ces connards ! « 

Je ne vous cache pas que le sort de mon personnage se termine très mal.
Le jour de la représentation, j’ai vécu un énorme moment sur scène, j’étais vraiment comblée parce que ce texte est très fort, que j’ai eu le bonheur de le porter et parce que ce personnage qui essaie de briser ses chaines, porte en lui les germes d’une révolte qui n’est ni admise ni comprise.

Corinne

Photo d’entête d’article Théâtre du Bolchoï et sa loge impériale
Wikipedia Creative Commons

Queen – The show must go on


37 commentaires Ajoutez le votre

  1. jourdhumeur dit :

    Wouaw ! Fort. Je n’aurais jamais osé aller si loin. De qui est ce texte stp ?

    1. corinne dit :

      Je savais que ça te plairait 😉
      Super contente, et quel bonheur à jouer …

  2. almanito dit :

    Il faut dire que le texte est on ne peut plus juste, on comprend le ras le bol des enseignants parfois 😉

    1. corinne dit :

      C’est assez criant, ce jour là dans le théâtre il y avait des profs.
      Ils sont venus me voir pour me féliciter et ils m’ont dit que ce texte leur avait fait du bien …

  3. Jaskiers dit :

    Tu fais du théâtre alors ?! On te découvre d’article en article ! J’avais un ami très timide, il s’est mit au théâtre et il est devenu complètement «différent », sur de lui, meilleurs résultats à l’école et plus d’ami. C’est un art qui change la vie je pense.
    Comment fais-tu pour te rappeler de ton texte ? J’ai toujours trouvé impressionnant la manière dont les acteurs/actrices retiennent de si long texte tout en lui donnant vie.
    Pour le texte que tu as déclamés, disons que je me sens un peu « visé»(pas à mal), à mon « époque » les selfies et smartphones commençaient à émerger et provoquaient déjà quelque soucis en cours. En tous cas maintenant c’est pire (selon ma sœur).
    Sinon, respect, monter sur scène s’est terrifiant pour la plupart des gens dont moi !
    Bonne soirée à toi !

    1. corinne dit :

      Quand j’étais étudiante on m’appelait l’autiste…
      Je n’aimais pas ce lieu et la mentalité des étudiants en lettre.
      Donc je ne m’exprimais pas.
      Le théâtre j’en rêvais depuis l’enfance, mais sans l’avouer. J’avais envie d’être sur scène et d’être un parfait comédien, de m’amuser ! Le théâtre te fait sortir de ta zone de confort, et j’ai souvent entendu qu’il faut se méfier des timides… souvent ils sont plutôt bons 😉
      Le texte c’est un exercice qu’il faut prendre à bras le corps dès que tu le reçois, il y a plusieurs façons de l’apprendre par cœur, moi je l’enregistre sur une clé USB et je me le passe dans la voiture en conduisant pendant des jours et des jours, et ça finit par rentrer dans la tête (je suis une auditive, mais il y a des visuels, on s’adapte…)
      Monter sur scène n’est pas terrifiant, tu es prêt quand tu montes sur scène, il ya de nombreuses répétitions, tu n’es pas jeté dans l’arène ,tout est calé, bien sûr il y a toujours des imprévus (le pire ce sont les « trous », ou quand un comédien saute carrément un morceau de texte 🤣😂…)
      Moi j’adore monter sur scène, ce stress me donne une grosse patate pourtant Dieu sait que je suis une angoissée, mais sur scène je suis à ma place, je ne sais pas le dire autrement 😉
      Il me tarde de reprendre les cours, c’est une des rares choses qui me manque en ce moment dans ma vie !
      Bises Seb

      1. Jaskiers dit :

        Désolé que tu es dû subir c’est stupides moqueries. Ces gens seraient terrifiés à l’idée de monter sur scène.
        J’ai compris pourquoi tu as mis Queen à la fin de ton article, je crois que Freddie Mercury disait qu’il n’était bien que sur scène ! La seule chose que j’ai fais sur scène c’est de l’acrosport sur de la musique et danser le rock à l’école, j’étais terrifié avant de monter sur scène étant un grand timide mais c’est vrai que j’ai ressenti un plaisir, un truc qui fait vibrer quand on est devant les spectateurs (l’adrénaline ?).
        J’ai toujours envié ceux qui, comme toi, transforment le stress en une sorte de d’arme pour affronter l’épreuve.
        Je suis terrifié à l’idée d’être devant des spectateurs et d’oublier mon texte !
        Ce que j’ai toujours voulu essayer, sans me lancer, c’est le théâtre d’improvisation, je pense que l’exercice est dur mais en même temps la liberté de mener l’histoire sans la contrôler et vite improviser, je trouve ça super intéressant ! D’ailleurs Jamel Debouzze a commencé comme ça !
        Je te souhaite de reprendre tes cours et de mettre le feu aux planches !
        La bise, bonne soirée à toi !

        1. corinne dit :

          Moi aussi je me contentais de regarder les autres et je souffrais de les envier…et un jour je me suis fait violence, j’étais morte de peur, le souffle coupé,..
          Ma chance c’est que je suis tombée sur un groupe génial !
          Et quand la prof a demandé en 2 secondes de faire une scène de Noël à 5, je me suis retrouvée sur la table à faire le sapin de Noël les bras levés vers le ciel, pour quelqu’un qui avait peur…j’ai pris le premier rôle et je me suis mise au centre de la scène !
          La prof m’avait dit, surtout tu restes, ne rentres pas en te disant « j’ai la trouille je n’y retournerai jamais »
          Je lui doit beaucoup dans la prise de confiance, dans l’année elle me confiait un des premiers rôles 😉

  4. Je suis très impressionnée.
    C’est une vraie passion pour toi.
    Bravo Corinne 👏👏

    1. corinne dit :

      C’est merveilleux et extrêmement thérapeutique…
      Ce qui me frappe c’est que souvent je me suis retrouvée avec des rôles assez extrêmes qui me ressemblent ou plutôt devrais je dire dans des rôles où je suis capable d’exprimer des émotions très fortes et très particulières (tuer sa mère-rôle de José dans « Musée haut Musée Bas »-, abandonner son enfant, incarner « la poésie », se révolter contre un système…).
      On va dire que comme j’ai de la voix, je fais facilement les personnages révoltés, en colère, c’est drôle ça m’amuse et c’est très amusant de jouer la colère, ça fait un bien fou !!
      Je crois qu’on joue beaucoup plus facilement ce qu’on est, on avance peu masqué au final, parfois le beau prétexte c’est de dire que l’on interprète…
      Quand je rentre dans une émotion j’ai des frissons, cela m’impressionne moi même
      Et puis le corps vit intensément, c’est une discipline très complète que je recommande !!

  5. gabychops dit :

    Wonderful combination, Corinne, of your powerful speech and Freddie’s song.. Queen is one of my favourite bands. And that weeping gitar!

    Thank you.

    Joanna

    1. corinne dit :

      Thanks Joanna,
      I did not dare to publish this text too much for fear of shocking, but it is a very powerful text that I had the chance to carry, I wanted to share it, it is worth the detour !!
      Thanks Joanna for your appreciation, hope you are in great shape
      Je t’embrasse très fort 🥰🌹🌞
      Corinne

  6. tres tres bièn mà cherie!

    1. corinne dit :

      Merci Ettore !!
      C’est un plaisir 😉

  7. Chapeau, quelle mémoire 🤗
    Un monologue bien représentatif de la jeunesse actuelle (en grande partie en tout cas), on ne devait pas entendre une mouche voler dans la salle 😁

    1. corinne dit :

      Pas un bruit dans la salle, je peux te dire que j’avais tout l’auditoire suspendu au texte !!
      Parce que c’est un texte qui ne passe pas inaperçu dans une pièce de théâtre 😉
      j’ai eu de la chance de vivre ce moment, j’espère en vivre de nombreux autres
      je t’embrasse kakuma et bonne journée 🥰

      1. Bonne journée, gros bisous Corinnette 🥰

  8. Swannaëlle dit :

    Coucou Corinne, je t’imagine très bien en vociférante 😂😂😂 Tu n’as pas une video ? Pas facile les longs monologues ! Mais bravo ! 9à permet de se lâcher un peu, d’ouvrir les vannes…au théatre on peut tout se permettre !
    Passe une belle fin de soirée et tout plein de bizouilles 😘🌹❤️

    1. corinne dit :

      Et coucou,
      Oui je dois avoir une video par là mais assez minable puisque prise au portable…
      L’important c’est le souvenir de l’émotion. Le bonheur du théâtre c’est ce que tu décris, le fait de pouvoir ouvrir les vannes, tout en s’amusant, et avec des adultes qui sont là comme toi, pour vivre la même chose, se lâcher !
      Des bisous de bonne journée, Soleil, Soleil🌹🌞🌈🌨

      1. Swannaëlle dit :

        Belle journée Corinne Bisous😘

  9. Pigraï Flair dit :

    On dirait du Bacri. Texte énorme. J’aime les textes qui défoncent . On peut se permettre de dire ça au théâtre parce que c’est le lieu pour extérioriser ce que les gens ont dedans enfouis et qu’ils n’osent pas dire parce que c’est interdit, par la loi, la censure, le fair play. Qq part tant mieux car la vie serait une joute permanente et la société serait un bain de sang comme il y a qq siècles voir moins. Je fais moi aussi du théâtre et j’adore sauf que avec la covid, c’est impossible de monter une pièce. Je suis un ancien timide mais sur scène je m’éclate. Mais je trouve que l’on manque de textes courageux et puissants. Pourtant c’est possible au théâtre, lieu ou tout peux être dans la démesure.
    J’ai adoré ce partage. Merci Corinne.

    1. corinne dit :

      Merci Alan,
      Oui c’est un texte qui défonce, j’ai vraiment eu de la chance de pouvoir le porter. Quand le metteur en scène m’a donné ce rôle j’ai caché ma joie mais intérieurement j’explosais de joie !!!!
      Alors comme ça tu fais toi aussi du théâtre ;), je ne suis pas étonnée, je sens chez toi une grosse fibre artistique.
      Le théâtre, c’est vraiment ce que j’ai trouvé de plus puissant au niveau thérapeutique. Souvent comme « par hasard » je me trouve avec des rôles qui sont des échos inconscients à ma propre vie, cela me fascine (le prof est très intuitif, ou fin psychologue, il sait ce que nous pouvons porter).
      Quand je suis avec mes copains de théâtre on passe des soirées de fous, et puis Hadrien notre prof est très décalé, et très intuitif, je l’adore.
      Dans le théâtre il y a les mots bien sûr mais aussi les émotions, l’aspect psychologique et le corps qui prend toute sa place dans l’espace, c’est très complet et très élévateur. Ce qui m’intéresse c’est le travail sur l’année, l’aboutissement de la représentation n’est pas le plus important, comme dans beaucoup de choses ce qui compte ce n’est pas le but, ce qui compte c’est le chemin qu’il faut emprunter pour atteindre ce but.
      je t’embrasse Alan et merci pour ton appréciation, cela faisait un moment que je voulais partager ce texte, je trouve qu’il faut le lire, il est très percutant et décrit malheureusement assez bien le malaise des profs.
      à bientôt
      Corinne

  10. Kleaude dit :

    Oh! Tout un défi! Il y a matière à toute une prestation!

    Difficile ces longs monologues…Au-delà des mots, il y a toutes les émotions inhérentes à rendre….

    Je découvre une autre facette de votre côté artistique.

    Bravo Corrine

    Mes salutations

    1. corinne dit :

      Merci Kleaude,
      Et quelle joie aussi, le théâtre c’est vraiment puissant.
      C’est la seule chose qui me manque en ce moment, mes copains de théâtre et mes cours de théâtre …
      Ça reviendra, mais il faut être patient.
      Belle journée à vous Kleaude

  11. ugetse dit :

    Wow! Plus rien à ajouter à tous ces commentaires excepté, tu m’impressionnes chère Corinne.
    😘❤️💐

    1. corinne dit :

      Hugo, tu es adorable !!🥰💐🌺

  12. Angélique dit :

    Wouah, j’aurais pu l’écrire moi même 😂😂😂. C’est criant de vérité et ça devrait soulager quelques enseignants de tenir ce rôle.
    J’adore le théâtre. C’est amusant et vivant. J’ai fait partie d’une petite troupe à la fac. Bizarrement, j’avais toujours le rôle de la rigolade, je ne comprends pas pourquoi 😉
    Je te souhaite que les théâtres puissent ouvrir très bientôt 😘
    Je t’embrasse.

    1. corinne dit :

      Merci c’est assez décoiffant !!
      Tu vois c’est drôle, tu avais des rôles de rigolote, c’est pas facile de faire rire, moi je ne sais pas faire, je sais que donner dans « attention je vais vous mettre les poils, il va y avoir de la larmichette!!! »
      Quand je pense aux comédiens je suis sûre qu’on les mène là où ils ont besoin d’être, Pierre Richard, le distrait, Louis de Funes la colère….
      Des bisous ❤️

  13. Ashley dit :

    Brilliant, Corinne! I would place a crown on your head if I could reach you! That line: ‘What children are we leaving to our planet?’ so on the ‘spot on’! You and your words above are a real force! 😍😘🥰🙏

    1. corinne dit :

      It would have been a shame not to share such a text, and I believe that on stage it takes on a whole new dimension, it’s really powerful, because you have to assume it until the end, and I think I have well done the job !!
      You would have been proud of me !
      « Je t’embrasse fort » Ashley❤️
      Corinne

  14. Lazuli Biloba dit :

    J’ajouterai un grand « wouah » ! Et le regret de ne pas avoir été dans la salle. A te lire fidèlement, Corinne, j’imagine la force d’expression que tu as su donner à ce texte (dont on ignore toujours l’auteur, me semble-t-il). Et puis, merci à tous ces commentaires qui vont tellement à contre-courant du politiquement correct qui gagne même certains de mes proches. Ce doit être dur, quand on a des enfants, de regarder la réalité en face… Merci Corinne pour ta belle énergie, ta curiosité, tes talents multiples, en toute amitié, Danielle

    1. corinne dit :

      Merci Danielle !
      C’était jouissif😁😅
      L’auteur c’est Stéphane Jaubertie 😉
      je te remercie pour ton commentaire qui me donne une grosse patate
      Il me tarde de reprendre les cours, c’est quelque chose qui me manque terriblement …
      je t’embrasse très fort 😘
      Amitiés
      Corinne

  15. Bravo pour ce très beau moment que tu nous fait partager. Moi aussi je suis très concerné par ce texte car je me retrouve beaucoup dedans notamment au niveau des frustrations si courantes dans ce métier et qui finissent par découcher sur du burn-out. Voilà c’est malin, me voici qui pense sérieusement à ton idée d’intégrer une troupe de théâtre, si c’est pour jouer ce texte car je pense être convainquant dans un tel rôle vu que ces mots je les ai parfois prononcé en réunion d’équipe… 🙄

    1. corinne dit :

      Mais oui je me doute que ce texte résonne en toi… bien sûr !
      C’est pour ça que je t’encourage à trouver un groupe, il te faut trouver un metteur en scène qui aime la nouvelle scène pour avoir la chance de tomber sur ce genre de texte très inspirant et complètement jouissif à porter
      Là il faut dire que tout est dit…
      Je t’embrasse Laurent et merci beaucoup pour ton appréciation😙

  16. Domdom dit :

    Ho la la…ça a dû être une jouissance de balancer ce joyeux texte sur ces petits merdeux et leurs débiles de parents…
    Et bien sûr, ils ne sont pas tous comme ça, et les seuls responsables sont effectivement les parents.
    J’aime beaucoup le: La question c’est pas « Quelle planète on laisse à nos enfants ? » mais « Quels enfants on laisse à notre planète ? » C’est ça la question, bordel !
    Et le final est sublime…

    1. corinne dit :

      Un grand moment parfaitement inoubliable, et le mieux c’est que vu qu’il fallait beaucoup répéter, j’ai pu le dire et le redire 10 ou 12 fois devant les copains, je le connais encore par cœur. Quand je l’ai joué devant mes filles, je pense qu’elles ont du se dire « Mon Dieu »🤣😂😅on est entrain de la perdre
      Merci pour ton commentaire et bonne soirée 😉

Laisser un commentaire