Lettre ouverte à Camille Kouchner

L’article que vous allez lire est une lettre ouverte d’Anne Lucie du blog « La génération qui parle ».
Ce blog est consacré à la libération de la parole des personnes victimes, d’inceste, de pédophilie, et d’agressions sexuelles.
Je souhaite qu’il soit beaucoup plus connu.
Avec l’autorisation d’Anne Lucie, voici sa lettre ouverte à Camille Kouchner faisant suite à la sortie de son livre « La familia grande ».

Voici son texte :

 » Chère Camille,

Pardonne ma liberté, même si l’on ne se connait pas, je vais me permettre de te tutoyer, parce que celle qui t’écrit aujourd’hui est, je pense, composée de l’adulte que je suis et de l’enfant et l’ado que j’étais.

On l’écrit partout. Experts, journalistes, anciennes victimes… ton livre La familia grande fait l’effet d’une bombe et nous sommes beaucoup à espérer que les déflagrations de cette explosion changeront significativement la société et la façon dont celle-ci perçoit l’inceste.

J’ai lu que tu avais aussi écrit ce livre pour qu’il soit aussi utile aux personnes qui sont, ont été, victimes d’inceste, d’emprise familiale… Je crois que cette utilité là sera impossible à quantifier, tellement elle est énorme ! 

Depuis que je suis sortie d’amnésie traumatique concernant l’inceste que j’ai subi par mon père, que je j’ai créé ce blog qui publie des témoignages d’anonyme, je dois bien le confier… Les lectures qui parlent d’inceste, de violence sexuelles sur mineur.e.s, ne sont pas des lectures vers lesquelles je me dirige spontanément car à chaque fois que je fais ce pas, l’écho de la lecture impacte mon intérieur « restauré », pas forcément dans le mauvais sens d’ailleurs, mais nécessite toujours plusieurs jours pour que je « revienne » à la « normale ».

Seulement, là… Avant même que ton livre sorte, on pouvait lire ici et là des extraits… et juste en découvrant ces quelques phrases, j’entendais un appel venu du plus profond de ma vie qui me disait : « lis le ce livre, car tu vas te reconnaître ».

Après avoir lu ton livre, j’ai écris sur les réseaux sociaux : « Lire ce livre est acte de résistance à la perversion et la manipulation. Au-delà de mentionner les viols subis par un enfant de 13 ans durant plusieurs années, il décrit un système, celui où l’on ne protège pas les enfants… car pour qu’un prédateur opère en toute impunité, le décor doit être planté, les faiblesses des uns et des autres utilisées, les névroses tricotées à ne plus pouvoir se démêler… les adultes tournés vers leurs souffrances, leur nombril, les enfants qui doivent prendre une posture d’adulte pour survivre… la violence de cette génération, soi-disant libérée, envers leurs enfants, par leur non-assistance à personne en danger… »

Camille, dans ton livre, je me suis reconnue, ou plutôt j’ai reconnu l’environnement, les comportements qui ont faits que cela avait été possible.
Bien évidemment, il ne s’agît de montrer du doigt des personnes précisément, il ne s’agît pas de culpabiliser à tout prix ces adultes qui n’ont pas « vu ». Lire ton livre m’a fait du bien car il y était écrit noir sur blanc ce que j’ai essayé de dire à ma « familia grande », où certains et certaines ne sont pas encore capables de reconnaître une sorte de « responsabilité » passive, où certaines et certains, dans le déni, vont jusqu’à réécrire l’histoire… Au cœur de ton livre, tout était écrit, là, juste sous mes yeux et m’envoyait un message de reconnaissance.

Comme j’avais eu la sensation, en découvrant le spectacle d’Andréa Bescond « Les chatouilles ou la danse de la colère » de recontacter mon enfant intérieure, en lisant le livre d’Adélaïde Bon « La petite fille sur la banquise » de retrouver une amie d’enfance, en lisant ton livre j’ai eu l’impression que je retrouvais une amie de ma période collège à qui j’aurais pu dire : « Ah ouais ? Chez toi aussi c’est comme ça ?! »

Merci Camille d’avoir eu ce besoin, ce courage, de poser tout ceci dans un si bel ouvrage. J’y ai reconnu dans tellement de passages des situations que je pourrais comparer à ma vie, que cette lecture, même si elle me remue encore plusieurs jours après, a l’effet de « valider » que je ne délire pas, que c’est normal qu’un tel comportement, qu’un tel environnement autour de l’enfant que j’étais, ait eu un impact sur ma vie… et tu décris si justement les choses que je n’ai rien besoin d’ajouter.

Imaginer que l’on viole un enfant est inconcevable, imaginer que c’est dans notre famille est impossible, réaliser que cela a lieu presque sous ses yeux et que l’on a pas réagi, confronte l’adulte de l’époque à une culpabilité tellement insupportable qu’il/elle préfère parfois suggérer qu’aujourd’hui c’est vous, la « victime », qui avait un problème, c’est vous qui êtes « violent » a juste exposer la réalité d’un déni bien organisé…
Merci Camille car tu as exposé ce déni qui s’enracine et puise sa force dans beaucoup de « familia grande », et même si l’enfant que j’étais éprouve encore, de temps en temps, un peu de tristesse et de colère à ne pas comprendre pourquoi personne n’est venue la sauver, l’adulte que je suis aujourd’hui, le parent que je suis devenue pour moi-même, en lisant tes mots, a eu confirmation qu’elle était dans la vérité, la vraie.

Je dois te dire merci aussi pour autre chose, et j’espère que cette anecdote te fera réaliser à quel point l’onde choc positive que provoque la sortie de ton livre est immense et impacte tellement de vies…

– En 2018, avec plusieurs personnes, ayant déclenché une amnésie traumatique après un viol subi dans l’enfance, j’ai signé une tribune dans Le Monde en faveur de l’imprescriptibilité concernant les crimes sexuels sur mineur.e.s.

– Le mardi 5 janvier 2020, il est inévitable de rater l’info concernant la sortie de ton livre et l’on voyait la tête de ton beau-père partout. Le soir, un peu énervée je poste sur Facebook une photo de toi, celle d’un article parue dans Elle, avec le texte suivant : « Ce qui me saoule à chaque fois que l’on dénonce un violeur d’enfants, c’est que l’on voit sa tête dans tous les articles qui relate la nouvelle… On se prend du regard de pervers non stop sur nos fils d’actualité et moi, perso, les pervers, j’ai eu ma dose !
Je rêve d’un monde qui montrera le visage des héroïnes et des héros qui libèrent la parole, de celles et de ceux qui osent dire la vérité ! Voici le visage d’une sœur qui a parlé pour raconter ce que son frère a vécu, voici le visage d’une héroïne qui a eu le courage de dire. »

– Le mercredi 6 janvier au matin, une journaliste m’a contactée parce que j’avais signé la tribune et qu’elle cherchait une victime pas « connue » pour illustrer le sujet sur l’inceste et la prescription qu’ils préparaient pour le journal du soir.
Parce que j’espérais parler du blog La Génération qui parle, que j’ai créé il y a 4 ans, j’ai dit ok pour l’interview. On a échangé 40 minutes, ils en ont gardé 3 minutes, peut-être moins…
3 minutes durant lesquelles je dis : « J’ai été violée par mon père de l’âge de 4 à 12 ans, à peu près… ». Un instant, mon visage est à l’écran, sous mon nom, il est inscrit “victime d’inceste”…
Moi qui suis sortie d’amnésie traumatique alors que les faits étaient prescrits, ce soir-là, alors qu’il n’a jamais été validé par une instance de la République que je disais la vérité, du fait de la prescription… Ce soir-là, j’ai entendu rire en moi la petite Anne qui a mis 42 ans avant d’oser dire… ce soir-là nous l’avons dit ensemble, elle et moi, devant la caméra, et nous avons été entendues, la parole a été libérée, diffusée dans l’édition nationale du JT de France 3 !
Ce soir-là, j’ai ressenti profondément que mon enfant intérieure et moi, on a fait un pas important qui aura des conséquences positives dans ma vie… car si la loi ne m’a pas donné le droit de porter mon histoire devant la justice, ce soir-là, la vie m’a offert d’en partager 2 minutes avec des milliers de personnes.
– Et comme si cela ne suffisait pas, une semaine après tout pile, c’est l’émission « L’info du vrai » sur Canal Plus qui rediffuse ces 2 minutes 30 où je mentionne le fait d’avoir subi l’inceste et déclenché une amnésie traumatique.

Alors… Merci Camille d’avoir dit ! Par ricochet, la parole m’a été offerte grâce à la sortie de ton livre.

Nous sommes interdépendant.e.s, nous ne sommes pas seul.e.s !

Ensemble, on va y arriver !

Merci, merci, merci ! « 

Anne Lucie

Photo d’entête d’article de Camille Kouchner Wikipedia Creative Commons

Courage – Villagers

Courage – Villagers

It took a little time to get where I wanted
It took a little time to get free
It took a little time to be honest
It took a little time to be me
I took a little lover but then we parted
I took a little time to get over this
From time to time, I get heavyhearted
Thinking of how you used to kiss
Courage
It’s a feeling like no other
Let me tell you, yeah
Courage
In harmony with something other than your ego
Courage
The sweet belief of knowing nothing comes for free
Do you really wanna know
About these lines on my face?
Well, each and every one is testament to
All the mistakes I’ve had to make
To find courage
It’s a feeling like no other
Let me tell you, yeah
Courage
In harmony with something other than your ego
Courage
The sweet belief of knowing nothing comes for free
For free…
Courage
It’s a feeling like no other
Let me tell you, yeah
Courage
And harmony with something other than your ego
Courage
The sweet belief of knowing nothing comes for free

Traduire en français
Source : Musixmatch
Paroliers : Conor Joseph Patrick O’brien
Paroles de Courage © Domino Publishing Co. Ltd.

36 commentaires Ajoutez le votre

  1. Lazuli Biloba dit :

    Lettre très émouvante, comme le témoignage de Camille Kouchner dans La grande librairie. Juste un avis naïf : je crois utile de montrer la photo du bourreau, de ce bourreau en particulier. Il est tellement connu, tellement puissant, on l’a tellement vu faire des leçons de démocratie depuis tant d’années qu’on réalise qu’on avait tous le visage de la perversité sous les yeux.

    1. corinne dit :

      J’ai hésité mais je voulais respecter la mise en page d’Anne-Lucie, l’image des bourreaux n’est peut-être pas toujours tenable pour les victimes.
      Même si je partage totalement ton opinion. J’ai regardé l’entretien à la Grande Librairie, c’était énorme et très bien dosé avec froideur et de manière assez implacable. Elle ne vise qu’une chose emmurer cet homme dans ce livre et le condamner pour toujours au silence !
      Cet homme qui a passé sa vie à donner des leçons, à conseiller dans le secret une certaine élite, à se tenir perpétuellement dans le camps du bien, ne mérite que mépris.
      Ce sont les victimes qui doivent sortir de ce silence, de cette prison intenable.
      J’ai une amie dont la vie est détruite par ce fléau.
      Je rêve d’un « Me Too » de la voix de l’enfant, quand on sait que 3 enfants par classe en sont potentiellement victimes, 1 enfant sur 10 !
      C’est trop, c’est insupportable.
      Je hais rarement mais je hais par dessus toutes les personnes qui touchent aux enfants, ils ne méritent que mes griffes et mes coups.
      je t’embrasse fort Danielle
      Merci pour ton commentaire, il faut parler de ce fléau, en nommant les choses on les met en lumière, et c’est beaucoup plus facile ensuite de les prendre en compte, d’avancer ensemble, que ces enfants ne se sentent plus jamais isolés !

      1. Lazuli Biloba dit :

        Oui, Corinne, il faut en parler, même si ça dépasse les capacités d’entendement de ceux qui comme moi découvrent l’étendue du fléau. Et aussi monstrueux que le violeur, la complicité de l’épouse et, probablement, le lâche aveuglement du père géniteur… Tout cela m’inspire un profond dégoût. AMitiés, danielle

        1. corinne dit :

          Âmitiés Danielle❤️

  2. Mébul dit :

    Chacun(e) a sa façon… à sa façon… j’ai décidé que ça n’aurait plus d’impact pour mon présent et mon futur sinon je serais toujours ‘une impuissante qui a subi’, c’est ma façon à moi…

    1. corinne dit :

      Merci Patricia,
      Je veux croire que nous avons le devoir d’en parler et de largement diffuser quand une chose positive comme ce livre peut permettre de faire avancer une cause qui nous concerne tous de très près ou de plus loin. La société a le devoir d’évoluer pour permettre à la voix des victimes de s’élever et de faire péter le plafond de verre.
      Je n’ai pas vécu ça, j’ai vécu autre chose de très lourd, mais je sais que lorsque les choses sont assumées et nommées on se donne la chance d’avancer et de ne pas trop passer à côté de sa propre vie.
      je t’embrasse fort❤️
      Corinne

      1. Mébul dit :

        Merci et je t’embrasse aussi !

  3. thib dit :

    Merci pour cet article qui pose la question de la protection des personnes vulnérables, celles aux marges, qui ne peuvent pas forcément s’exprimer parce que l’âge et les capacités intellectuelles/physiques ne leur permettent pas de le faire, parce qu’elles n’ont pas de relai pour dire les choses, et vivent sous une forme de dépendance/d’emprise,, ou qu’une forme de silence s’impose dans l’environnement familial. Je pense aux personnes très jeunes, et très âgées, ou handicapées. Il y a un réel travail de vigilance juridique et sociale, de prise en compte de la parole de ces personnes. C’est amusant parce qu’après avoir écrit mon dernier texte sur « le ciel et le jardin », sorte de petite fable à la compréhension et l’interaction positive, je me suis dit que si le « voisinage » intrusif est parfois très critique et peu objectif, il permet dans certaines situations de prêter attention à des situations critiques qui n’auraient sinon aucun relai, ou de remédier à des petites difficultés que les interactions sociales mettent en évidence. Merci en tout cas pour ces relais.

    1. corinne dit :

      Merci pour ton commentaire et pour le complément que tu apportes de manière totalement pertinente.
      Oui tu as raison d’autres personnes sont vulnérables parce qu’enfermées dans des handicaps ou dans une grande vieillesse…
      Je veux croire que plus nous parlerons de ces problèmes plus ils arriveront aux oreilles des victimes qui peuvent encore essayer d’élever la voix, je pense surtout aux enfants. Quand tu es né dans un univers de déviants comment savoir que ce que tu vis n’est pas « normal » ?
      Il faut du temps pour se rendre compte que ce que l’on a vécu est mauvais et que cela concoure à notre destruction.
      Et puis il y a les ravages du traumatisme qui achèvent de nous éloigner de ce que l’on croit être l’impossible porte de sortie…
      C’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur parce qu’il m’inspire la révolte, le dégoût et la haine, je veux tout faire pour encourager les victimes à désigner les bourreaux, on ne choisit pas sa famille, ni les connaissances de sa famille, on peut sans le savoir se trouver dans les griffes d’un environnement peuplé d’un seul prédateur qui suffit à détruire la beauté d’une étincelle de vie …
      Bonne journée à toi et merci beaucoup pour ton commentaire et fidélité !
      Corinne

  4. macalder02 dit :

    Sin lugar a dudas que el libro « La familia grande » de Camille, ha causado un revuelo tremendo por la verdad revelada del incesto. Esta revelación de Anne Lucie viene a reafirmar lo que todo el mundo sabía en Francia sobre está práctica en personajes famosos tanto de artistas, intelectuales, políticos y gente común.
    Una sociedad que ha callado haciéndose cómplices de semejantes aberraciones contra los niños. He visto películas y leído artículos dobre este tema pero este caso es mas aberrante que causa escozor en la piel. Ojalá que estos testimonios causen el efecto requerido en la justicia y se castigue ejemplarmente a los culpables y sientan un presente en la sociedad mundial.
    Buen sábado para ti Corinne.
    Manuel Angel

    1. corinne dit :

      Gracias Manuel-Angel,
      Tu comentario es correcto, hay cierta intelectualidad que se ha autoatribuido un arte de vida supuestamente superior, muy hedonista, donde los niños se incluyen en la vida amorosa de los adultos … Esto se practicaba bien especialmente en los años 70 , una especie de costumbres de la Ilustración que rechazo y que me hace vomitar …
      Y ojo, hay muchos casos así en Francia. ¡Y algunas de estas personalidades continúan plagando silenciosamente la televisión con cobardes sartenes colgando de sus tobillos!
      Pienso en un notario que en los 70 decía « no te imaginas la felicidad cuando una niña de 5 años te quita la ropa, la libertad de los sentimientos y lo mucho que puede haber en este gesto de amor ». … « Es asqueroso, este tema me saca de la calma, solo reservo mis garras y mis golpes para estos » cabrones  »
      Te das cuenta de que se reían de la autora del libro en su juventud porque a los 13 años todavía era virgen, por todos estos desviados que la rodean y eso por supuesto solo podía hacer reír a la gente …
      Caminamos sobre la cabeza.
      Encuentro a Camille Kouchner como una heroína moderna y le deseo un gran destino para convertirse en una gran portavoz de la voz de los niños quebrantados por este flagelo.
      Manuel-Angel Merci beaucoup😘

      1. macalder02 dit :

        Ese es un deseo unánime de todos los que nos sentimos afectados por esta práctica en contra de los niños..
        Más bien gracias a ti por traer a tu blog artículos de calidad. Saludos

        1. corinne dit :

          ❤️

  5. Angélique dit :

    Je vais te donner le lien de mon témoignage personnel. Mais rien ne changera sauf le regard que la victime porte sur elle-même.
    Mieux vaut un travail sur soi qu’une quelconque espérance de justice.
    Elle est corrompue et c’est de pire en pire.
    Je suis désolée, je ne suis pas négative au contraire (je suis vivante et j’ai derrière moi les actes subis). L’espoir est beaucoup plus dangereux que la réalité.
    Bisous 😘😘😘

    1. corinne dit :

      Je n’ajoute rien
      Merci Angélique ❤️

  6. Ashley dit :

    This particular story is as you say explosive but no matter where rape, incest or abuse of human beings exists in the world, we as a human race need to be continually vigilant and prosecute it with the full force of the law! 💌

    1. corinne dit :

      Merci cher Ashley 🙏🏼❤️

  7. Amnésie traumatique, je n’avais jamais fait de recherches pour trouver le terme exacte. Comme quoi le cerveau a le pouvoir de vous écarter de souvenirs dérangeants voir traumatiques même si vous êtes enfant et incapable de définir ce qui vous arrive, mais vous avez simplement senti sur le moment que « c’est mal ». L’inconscient a compris mieux que votre conscient la gravité de l’événement et a décidé à votre place que vous deviez continuer de vivre votre innocence, et que vous comprendriez plus tard. Et un beau matin, de longues années après, vous vous levez de votre lit avec ces souvenirs qui vous éclatent en pleine figure, comme un mauvais rêve. Mais trop de détails, trop de réel, ça n’a rien d’un rêve -ou plutôt cauchemar- et vous devez apprendre à gérer ces images volontiers oubliées toutes ces années, et vous devez continuer à avancer avec ça… Comment expliquer ce genre de chose à la plupart des gens, ignorant même que ce phénomène existe. Donc l’air de rien, on continue sa vie, sans montrer le poids que notre esprit à soudainement décidé de nous voir porter…

    1. corinne dit :

      Ton analyse est brillante, je te remercie pour ton commentaire Kakuma.
      Je ne pourrais pas le dire de manière plus claire…
      Merci beaucoup Kakuma❤️

  8. anthony7119 dit :

    Quelle affaire encore ma petite Corinne !!!!
    Franchement de toi à moi, c’est vraiment moche tout cela.
    Des bisous et bon weekend à toi.
    Tony

    1. corinne dit :

      C’est monstrueux et malheureusement trop largement répandu…
      pour une moyenne de 1 enfant sur 10, 3 enfants par classe…
      ça fait réfléchir, la parole doit se libérer et la douleur, la souillure et la honte doivent impérativement changer de camps !
      Il y a un lien d’une abonnée qui témoigne de ce qu’elle a vécu enfant.
      Je t’embrasse Anthony et merci pour ton commentaire
      Corinne

      1. anthony7119 dit :

        Ca me dégoute !
        Bon weekend ma petite Corinne.😘

        1. corinne dit :

          Moi aussi, je pourrais déchainer ma haine contre ce genre de criminel(le)s.
          Pourtant il m’en faut beaucoup pour haïr, mais ça, ça ne passe pas, c’est totalement immonde !
          Je t’embrasse Anthony
          P.S: Si des fois je ne laisse pas de commentaire je vais te dire comme pour Giusy c’est
          1- que c’est trop intelligent pour moi…
          2- que je ne sais pas quoi ajouter…
          3- que je suis fatiguée !
          Mais sache que je lis toujours !

          1. anthony7119 dit :

            Tu es un Ange ! 😘

          2. corinne dit :

            ☮️😘

  9. Kleaude dit :

    Touchante et porteuse d’espoir cette lettre.
    En parler c’est déjà se permettre d’être…. Celle légitimité brimée par ces abus.
    Se permettre de se retrouver soi.

    Mes salutations

    1. corinne dit :

      C’est ce que je crois également.
      merci Kleaude
      Sincèrement
      Bonne soirée à toi
      Corinne

  10. Swannaëlle dit :

    Il est grand temps que la lumière des paroles éclaire ce monde ! Nous avons cet espoir pour tous ceux qui subissent ! Bisous Corinne 😘🌹💖

    1. corinne dit :

      Merci Swannaëlle😘

      1. Swannaëlle dit :

        🤗😘😘😘🌹

  11. Pigraï Flair dit :

    Comment peut-on faire ça à un enfant ou un(e) ado? C’est pour moi impensable. Qu’est ce qui se passe dans leur tête? C’est un grand mystère pour moi. Difficile de trouver les mots. C’est impossible. Ceux ou celles qui ont cette force parlent avec courage aujourd’hui et nous devons être leur relais. Désolé mais je ne peux rien ajouter. j’ai la nausée, la marée dans le cœur. Alan

    1. corinne dit :

      Je suis comme toi, cela me dépasse, je trouve cela tellement condamnable, et le problème c’est que ce sont les victimes qui portent pour toujours cette souillure ! J’ai plusieurs amies concernées, c’est pour cela que ce sujet me révolte et me touche autant.
      Ce n’est pas normal, on devrait à minima afficher les noms de ces agresseurs dans la rue, genre affichage public, il faut que la honte, la culpabilité et la souillure changent de camps ! Puisque la justice ne fait rien (ou ne peut soit disant rien faire…), un bon affichage public, ou du goudron et des plumes et défilé dans la rue comme à la grande époque !
      J’ai lu le livre ce WE, remarquable, vraiment remarquable, c’est une écriture au scalpel, tout est dit, et j’espère qu’avec ce livre elle obtiendra ce qu’elle souhaite: puisqu’il y a prescription, qu’il soit condamné au silence et qu’il soit enfermé à tout jamais dans ce livre.
      je t’embrasse merci pour ton commentaire mais comme tu dis c’est le minimum que l’on puisse faire pour ces victimes par centaines de milliers, s’insurger et et permettre à la parole de circuler et de se libérer.
      Bisous Alan😘

  12. etoile31 dit :

    Un système, le fait d’un décor planté, oui, c’est bien grâce à cette construction savamment et sciemment élaborée que en second plan intervertiennent des médias de premier plan comme France Culture ou LCI pour offrir une tribune et des visages, des voix qui viennentt justifier l’innommable par le biais des pires paragons de morale que connait ce système dans le décor construit pour que s’épanche le pire du supremacisme, du sexisme, du masculinisme, du patriarcat. Je nomme par exemple Alain Finkielkraut qui par exemple samedi dernier matin donnait des leçons de morale et de vertu sur France Culture dans le cadre d’une émission aux relents confessionnels d’un autre âge et avec une forfanterie à vomir….
    Comme le dit l’auteure de cette lettre, il faut en plus de cogner leurs propos, leurs visages en boucle et leurs voix,
    Salopards! L’horreur à son paroxysme et toujours au nom de ce système…
    « Tout mettre en œuvre pour que rien ne change » ( Devise de « Le siècle » présidé par A. Duhamel dont sont membres Guigou, Aubry, Ferry, Pivot, Lang, Valls, Hollande, Sarkozy, Jospin, et tellement d’autres…

  13. Beautiful blog

Laisser un commentaire