Carte postale 5 / De Hoedic à Belle île – par Alan Mabden

La suite des aventures d’Alan et Spirit …


« Cette nuit je ne dormirais pas à bord de « Spirit ». J’ai décidé de passer deux jours avec mon ami Jo.

Bien que loup de mer. Il n’aime pas le verre solitaire 😉 Partager un repas avec lui (et ses amis) est toujours un festival. Fruits de l’océan à profusion accompagnés de Bourgogne blanc tout en subtilités, de chants, d’accords de guitare et autres épices venues des îles de la fraternité. Des femmes et des hommes avec un cœur débordant la poitrine, authentiques et généreux, capables de s’engueuler force 8 et juste après le coup de vent de se border au près serré. Sa maison de pêcheur, héritage de toute une lignée de marins, fini par éteindre son vacarme au milieu de la nuit, accueillant dans ses flancs chauds un équipage repu, bercé par le roulis.

Au petit matin, le seul debout était Jo, le vieux Cook, ventre calé entre deux feux, qui avait encore, après une nuit de tempête, l’énergie de nous préparer un somptueux petit déjeuner. Pour le Captain, l’amitié était la plus grande valeur en ce bas monde, un lien universel qui traverse le temps et les cœurs de tous les êtres. Pour Jo, seul comptait l’instant présent qui contenait selon lui l’éternité et la force vitale. Un homme n’était ni bon, ni mauvais, juste un être en chemin, vivant des expériences, des rencontres dont il était le seul habilité à jauger la pertinence. Il n’avait pas de gourou ou de maître. La seule qui ait réussi à le guider dans le passé était Mathilde, invisible au radar mais toujours présente aujourd’hui au cœur de sa vie. Pour la rejoindre dans le firmament, il lui suffisait de se caler face à la mer, soleil couchant et d’attendre que l’eau salée vienne inonder ses yeux étoilés.

Une fois tout le monde parti, il ne restait que deux marins, deux hommes qui s’estimaient, se respectaient au delà de tout, des fausses lois, de la normalité. Notre échange, lors de ces deux jours fut intense, remuant parfois les fonds en faisant remonter des vagues et des cris de douleur venus du passé. Jo comme moi avions besoin de ces rares moments pour purger la cale et repartir, rénovés de la quille à la tête de mat.

Vers 2 heures du mat, après un bon café breton, Jo m’accompagnai à notre repère de pirate où nous avions déplacé et planqué le bateau. « Spirit », fidèle compagnon, m’attendait, près à en découdre avec la fraîcheur de la nuit. Au bord de cette micro plage « secrète », Jo sentait la mer monter mais savait que la chaleur de nos mots donneraient du sens à son existence et que le cœur restait relié à des réseaux invisibles, sans bug et à haut débit.

Nous nous fîmes le geste du poing serré qui nous donna à chacun le force d’affronter les éléments de la vie. Je le vis s’éloigner comme un fantôme qui rejoint la nuit. Hoedic disparut rapidement pour laisser place à une froide obscurité. Pas de feux de route pour « le fugitif », juste un détecteur de radar activé. Belle-île devenait mon nouveau cap. « Spirit » glissait dans l’eau noire guidé par une main vigilante et des yeux aux aguets. Le vent était médium et la mer peu formée. La « route » était agréable. Je ne ressentais pas le froid grâce à mes trois peaux de mer…. »

La suite ici

©Alan Mabden Tous droits réservés / Lundi 16 Novembre 2020 / Pigrai Flair-La culture a du sens

The Bonnie Banks of Loch Lomond – Ella Roberts

9 commentaires Ajoutez le votre

  1. Adiu Corinne Bonjour,
    Cela doit t’être possible de faire tes envois d’articles avec une mention pour « liker » dedans… mais je ne me souviens pas comment… Désolée

    1. corinne dit :

      Merci beaucoup, je n’ose plus toucher aux entrailles de mon blog. Quand je mets mon grain de sel, c’est une catastrophe;)
      merci beaucoup, c’est très gentil !!
      Adishatz (comme disait mon papy)

  2. ugetse dit :

    Merci Corinne pour partager ce beau voyage d’Alan au cœur d’une belle amitié. J’aurais bien aimé mangé et chanter chez Jo, goûter à ses épices venues des îles de la fraternité. J’adore. The Bonnie Banks of Loch Lomond , toujours un coup de cœur. Une forte étreinte😘🌹💐

    1. corinne dit :

      Des bisous bonheur, et de bons vents pour ta semaine et pour ton cœur Hugo!!!
      Tout fort 🥰🦋🕊
      Corinne

  3. macalder02 dit :

    son estampas increíbles para un viaje de ensueño. Un relato que deja las ganas de diafrutarlo siempre que se tenga la oportunidad.
    La canción, una belleza. Un amor que queda roto a mitad del camino y su añoranza deja un dolor profundo en el corazón en esa Escocia de paisajes ensoñadores.
    Disfruté tu entrada y tu selección musical Corinne. Mis saludos.

    1. corinne dit :

      No tengo palabra, nuestros intercambios son pacíficos, tiernos y llenos de buenas energías.
      Muy alto, Manuel-Angel🌹❤️

  4. macalder02 dit :

    Igualmente para mí Corinne. Me encanta la flor y el corazón encendido. Gracias.

  5. Ashley dit :

    Oh, Corinne, this is frustrating, now I can’t use GoogleTranslate! However, I am able to watch and listen to Ella Roberts 🎶 « on the bonny, bonny banks of Loch Lomond ». Beautiful! I will have to email you soon 😊🍷🤗🙏

    1. corinne dit :

      Such a pleasure !!!
      I wait for your letter 😉
      Thanks so much my dear Ashley 🥰