« Je vous écris dans le noir » de Jean-Luc Seigle, 16/20

Voici le second article sur le thème de l’Affaire Pauline Dubuisson, du blog NOWOWAK.
Cette fois-ci Bruno nous livre son avis sur le livre « Je vous écris dans le noir », de Jean-Luc Seigle.
Le texte que vous allez découvrir est de Bruno San Marco.

 » Il est six heures du matin, le moment où mon estomac réclame sa tasse de café, son or noir, où le jour dort encore, où ma main a des fourmis dans les doigts, où les draps perdent leur chaleur. Ma plume me réclame. Une petite lampe veille. Je n’écris qu’à sa faible lueur et je puise à sa lumière les petites phrases qui me donneront satisfaction. J’aurais aimé trouver un titre aussi éloquent, moi qui aime les courbes et les danses des mots qui glissent avec allure sur les pages blanches mais qui n’écris jamais dans la pénombre. J’aime les mots beaux comme des soleils, la vie sans fumée, les ciels sans nuages ou alors en forme de paysages. Ma conscience redoute les ombres et sans être une oie blanche elle est loin des crimes sordides et des exactions qui mènent à sa totale incompréhension.

Ce livre excellemment écrit, m’a entraîné sur le sillage d’un personnage hors du commun qui dans ma fantasmagorie ressemblait à Albertine Sarrazin. Laquelle m’a tant apporté. Pauline Dubuisson , alias BB dans le film de Clouzot (que je trouve très moyen et très éloigné de la véracité). J’ai lu une bande-dessinée sur la vie de cette meurtrière. J’ai raconté récemment cette agréable expérience. Je lirai peut-être les autres livres (ou pas) qui ont été consacré à cette femme controversée. Ce qui m’attire dans cette histoire, c’est surtout la preuve qu’encore une fois la femme n’est qu’une marchandise, un meuble que l’on aimerait déplacer et utiliser à sa guise. Les destins voulant s’émanciper sont brisés dans l’œuf, harcelés par des comportements dignes de la préhistoire. Tout n’est que silences, entraves, mensonges, blessures, souffrances. Je n’en peux plus de ce poids qui enlise l’humanité depuis la nuit des temps et corrompt toute chance de rédemption.

Dans ce livre qui commence après le procès et les années de prison, tout en s’abreuvant de flash-backs, Pauline Dubuisson passe pour la victime du machisme, des carcans, des diktats menés par des hommes qui gèrent mal leur complexe de supériorité et leur mépris de la femme. L’auteur embellit son âme, lui prête une culture, une humanité et un lyrisme qui restent à prouver. Il invente son journal et le remplit de ses propres émotions. C’est donc une pure fiction mais assez perspicace. Pour trancher je pense qu’il me faut lire « La petite femelle » de Philippe Jaeneda qui semble le plus proche de la vraie Pauline, puisqu’il a passé au peigne fin archives et documents, tout en démarrant en 1960 après sa fuite de la France pour le Maroc… »

LA SUITE ICI

Image en tête d’article, Affiche du film « La vérité » d’Henri Georges Clouzot, 1960

7 commentaires Ajoutez le votre

  1. Ashley dit :

    I am in the dark and writing to you! 😘😘💖 Hope you can read this!

    1. corinne dit :

      Look I’m here !!!!!
      Ashley you are very persistent and I thank you very much for all this, I do not know what is wrong with my blog, it is painful, my husband cannot understand where the damage is …
      I hope you are well my Ashley;)
      Tomorrow, the continuation of Alan’s adventures !!
      🌹💖❤️

  2. ugetse dit :

    Très beau texte de Bruno. Ça donne envie de courir trouver ce livre. Merci à toi Corinne pour ce partage. Bonne douce semaine. Je t’embrasse .

    1. corinne dit :

      Oui vraiment je trouve son analyse très bonne et très bien écrite, quand j’ai découvert son texte j’ai simplement eu envie de le partager 😉
      je t’embrasse Hugo et j’espère que tu vas bien !!!
      Bisous 💖

  3. nowowak dit :

    Merci pour ton partage espèce de chic fille !

  4. C’est l’article de Nowowak qui m’a donné envie de m’intéresser « au cas » Pauline Buisson que je ne connaissais que de nom, je pense que 《La petite femelle》est le meilleur ouvrage à lire car il semble être de loin le plus documenté et proche de la vérité…

    1. corinne dit :

      ça va se terminer en soirée « GRAND ÉCHIQUIER  » ;)!!!
      Le téléfilm a remporté un franc succès, je regrette de ne pas l’avoir vu, mais j’ai un blocage avec les productions télévisées françaises😅
      Le documentaire était remarquable et expliquait la genèse de la psychologie familiale…